France

Prédateurs

Loup, ours et lynx sont de retour en France depuis 20 ans. Depuis 1991, les loups migrent depuis l’Italie vers la France en traversant les Alpes. Jusqu’à aujourd’hui, la population de loup est en extension ; elle atteint environ 200 individus. La population d’ours se concentre dans les Pyrénées et se compose de 20 individus grâce à la réintroduction de 8 ours slovène. La répartition des lynx touche dans trois régions : „Les Vosges“, „le Jura“ et les Alpes. Alors que le lynx a été réintroduit dans les Vosges en 1983, il a migré dans le Jura et dans les Alpes principalement en provenance de la Suisse.

Pour plus d’informations sur la distribution du loup, de l’ours et du lynx

Politique nationaleFrance1

C’est avant tout l’expansion du loup qui fait l’objet d’un large débat public depuis plusieurs années. Pour créer les conditions cadres afin de concilier les activités et les besoins des hommes et la recolonisation de l’ours et du loup, des plans de gestion sont établit tous les 4 ans. Leurs stratégies se basent sur 2 priorités:

  • Surveillance et contrôle des populations
  • Diminution des dégâts dans l‘agriculture

Plan d‘action loup

Gestion de l’ours

Aucun plan national n’existe encore pour le lynx. Les données générales sur sa distribution sont régulièrement publiées par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

Agriculture

La présence de prédateurs a jusqu’ici occasionnée des dégâts envers des animaux de rente avant tout dans les régions de montagne et des les régions rurales périphériques. Suite à leur expansion vers le Nord et l’Ouest, des régions plus densément peuplées et des surfaces utilisées de manière plus intensives, situées dans les vallées, sont cependant de plus en plus touchées. Les attaques de prédateurs touchent principalement le petit bétail. Des attaques sur des bovins sont rarement annoncées. Il existe une statistique nationale des dégâts. Les dégâts et les mesures de protection sont indemnisés de manière uniforme sur tout le territoire.

Mesures de protection

Le gardiennage par un berger, les chiens de protection et les clôtures sont les mesures de protection des troupeaux qui sont systématiquement soutenues par l’état. La future amélioration des infrastructures pour les bergers représentera une mesure supplémentaire pour diminuer les dégâts. Dans les cas où les mesures de protection se révèlent inadaptées ou insuffisantes, une autorisation de tir peut être délivrée. Pour l’instant, aucune mesure n’est en place de manière régulière pour la protection des bovins.