Lynx

La réintroduction du lynx

Après 100 ans d'absence, le lynx (Lynx lynx) a été réintroduit au début des années 70 dans les Alpes et le Jura. Jusqu'à la moitié des années 80, les deux populations du Jura et des Préalpes se sont rapidement répandues.

Dans les années 90, les dégâts aux animaux de rente dans le nord-ouest des Alpes sont devenus plus fréquents à cause d'une rapide augmentation des populations de lynx et d’une diminution simultanée des populations de chevreuils et de chamois. Depuis lors, des mesures de protection des troupeaux ont été mises en place pour tenter d’éviter les dégâts. Le rétablissement des populations de chevreuils et de chamois ainsi qu'une légère diminution des populations de lynx ont également contribué à une diminution continuelle des dégâts depuis l'an 2000. Le nombre d’attaque s’est stabilisé à 20-40 par an. 

La population de lynx en Suisse s'est actuellement stabilisée à environ 100-150 individus adultes (jeunes inclus). Ces dernières années, 12 individus du canton du Jura et de Vaud ont été déplacés dans le cadre du projet LUNO, dans le nord-est de la Suisse, où vivent actuellement 9 lynx. Deux cas de reproduction ont été observés. Le projet s’est conclu en 2009.

La mise en place de mesures de protection des troupeaux

La plupart des attaques de lynx sur les animaux de rente se concentrent dans les Préalpes et le Jura. Les attaques ont lieu le plus souvent dans des petits pâturages boisés isolés.

Il a été mis en évidence que les pâturages qui subissent des dégâts répétés (appelés " Hot-spots ") peuvent être protégés de manière efficace avec des clôtures électriques. La protection à l'aide de bergers et de chiens de protection a également fait ses preuves. Une étude française a étudié de manière approfondie l'efficacité des chiens de protection contre les lynx.

Actuellement les dégâts les plus importants se rencontrent dans les régions du Jura, des Alpes bernoises et vaudoises. Les mesures de protection se concentrent dans les pâturages à risques.

En 2007, des chiens de protection sans gardiennage permanent ont été utilisés pour la première fois, dans les petits alpages dans les Préalpes bernoises. Il est nécessaire de disposer de chiens sélectionnés et d’une grande qualité, pour que ce soit efficace. Il est conseillé de recourir à deux chiens par troupeau, dans la mesure où le lynx est très discret et patient.

La gestion des populations de lynx

Le Concept Lynx de l'OFEV fournit les directives pour les cantons, directives élaborées sur la base du statut de prédateur protégé du lynx. Il sert de base de décision pour l'application des bases légales.

En collaboration avec les gardes-chasses, la population de lynx est surveillée d'année en année à l'aide d'émetteurs et d'un système de monitoring. Les résultats font l'objet d'un rapport annuel.

Une statistique des dégâts sur les animaux de rente est actualisée en permanence.